Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 13:21

  

Article sponsorisé par Gerbeaud.com

  

Après un premier test avec le quartier sainte Thérèse, en 1997 et 2004, la ville de Rennes étend son opération "Embellissons nos murs" à la ville entière. Un projet passionnant, qui rappelle la 'guerrilla gardening', mais légal, ludique et bio!
Commenter, réagir   Envoyer cette page à un ami   Imprimer

Au commencement

Potelets sur le trottoirA l'image de la nature qui sème ses graines là où elle peut, voire dans des endroits insolites...et crée souvent à notre insu des 'jardins de poche' : entre les dalles, sur des potelets... entre des fentes ou à des endroits où un peu de terre peut s'accumuler et recevoir des graines... A l'heure du bio et du retour au naturel, les consciences changent et évoluent et le moindre espace peut devenir vert.

A Rennes; en 1995, au départ, il s'agissait plutôt d'une "guérilla gardening" puis petit à petit, des conventions ont été signées avec la mairie. Plusieurs associations (Bretagne Vivante, Société d'horticulture,  Maison de la consommation et de l'environnement...) s'occupent aujourd'hui de ce beau projet (aides, conférences...).

L'opération

L'interconnexion entre le trottoir et les murs des habitations représente un linéaire très important. La direction des jardins de la ville de Rennes s'en est rendu compte, notamment en se confrontant aux pousses d’herbes spontanées (appelées à tort 'mauvaises herbes') dans les interstices.

La Ville a donc décidé, avec la participation des habitants, de planter plutôt que désherber, de remplacer des herbes subies par des plantes choisies. L'opération 'Embellissons nos murs' consiste à végétaliser les façades des maisons et le pied des immeubles donnant sur la rue et invite tous les Rennais à y participer.

Il suffit de dégager, sur le trottoir, le long de la maison,  un espace de 15 cm de large,  et de respecter quelques points :

  • Définir l'espace en respectant le cahier des charges;
  • Demander l'accord de la Ville;
  • Réaliser ou faire réaliser les travaux. Le découpage du trottoir peut être pris en charge par la Ville, via une entreprise d'insertion; 
  • Planter éventuellement avec l'aide du guide pratique (voir lien en fin d'article);
  • Entretenir sans utiliser de désherbant ni de produit chimique. 

Différentes plantes se plaisent dans une terre pauvre et peu profonde, voire sèche : mauves, roses trémières, sédums, euphorbes, thym, bulbes, rampantes...

Les avantages de l'opération

Esthétique et bien-être

Trottoir à Rennes

Une bande végétalisée est jolie visuellement, mais elle permet aussi accueillir des insectes, des oiseaux et d'autres animaux, on favorise donc la microbiodiversité en ville. De plus, il est prouvé que jardiner détend... Cela donne aussi un côté plus accueillant et moins sec aux villes.

Pesticides

La Ville de Rennes n’utilise plus de pesticides. Du coup, les plantes spontanées se fond plus nombreuses, pas toujours de manière esthétique. Accueillir le long des trottoirs des plantes désirées plutôt que subies, permet de prolonger l’action de la Ville contre les pesticides.

Inondations et imperméabilisation des sols

L’imperméabilisation des voiries ne permet pas l'infiltration des eaux et accélère même le ruissellement posant des problèmes d’inondations en aval. A sa mesure, le perçage d’une bande perméable de trottoir et l’installation de plantes absorbant l’eau, limite ce phénomène.

Qualité de l’air

Trottoir à RennesLes murs de végétaux ont un effet dépolluant, ils fixent les poussières et certaines particules polluantes. Limiter la pollution atmosphérique, c’est encore un avantage d'"Embellissons nos murs", à son échelle bien entendu. Mais nous savons tous que les petits ruisseaux font les grandes rivières !

Réchauffement

Planter des végétaux est une réponse limitant le réchauffement en milieu urbain : les plantes retiennent le rayonnement solaire et augmentent le taux d'humidité dans l'air, vis-à-vis notamment des enrobés noirs.

Tags

Les végétaux implantés, notamment les plantes grimpantes, permettent de lutter contre certains tags indésirables.

Les "on-dit" et rumeurs

"Les végétaux ramènent de l'humidité"

FAUX, bien au contraire, les plantes absorbent l'humidité au pied du mur et le feuillage des plantes assure une protection contre les pluies battantes.

"Ce n’est pas propre et les plantes sont envahissantes"

FAUX, le propre est une notion subjective... Est-ce qu'un trottoir aseptisé voir pulvérisé de produits chimiques est plus propre qu'une bande végétalisée ? Le bon choix des végétaux permettra un entretien facile, et embellira la façade. De même, il suffit de planter des espèces au développement moindre si l'on souhaite un entretien minime.

"Les murs s'abîment, les plantes décollent le revêtement"

Trottoir à Rennes

FAUX, encore une fois il faut bien choisir les végétaux. Certaines ont besoin de support, et du fait ne touchent pas aux murs. D’autres ont de petites ventouses comme le lierre ou la vigne vierge, mais ne dégradent pas le revêtement si celui-ci est sain. Il faut néanmoins, veiller à limiter le développement de certaines plantes en taillant.

"Les petites bêtes seront attirées par les végétaux"

VRAI, mais on contribue ainsi au retour de la nature en ville. On peut aussi éviter certaines plantes comme le lierre par exemple qui attire beaucoup d'abeilles ou d'araignées, selon les peurs de chacun ! De même, l'attirance de ces nouvelles petites bêtes va attirer des auxiliaires utiles : hérissons, oiseaux, coccinelles... En choisissant certains végétaux, on peut aussi attirer les papillons : quoi de plus agréable à regarder ?!

Bien sûr, il ne s'agit pas de favoriser des animaux nuisibles, ni de supporter des nuisances, mais de bien considérer comment une coexistence pacifique est possible d'autant que, pour certaines espèces, elle est absolument indispensable (hirondelles de fenêtres, moineaux domestiques…). Ces espèces n'ont plus trouvé au cours des siècles, en milieux naturels, de capacités d'accueil suffisantes, elles se sont adaptées à la ville. Si les capacités d'accueil urbaines régressent également, alors ces espèces disparaîtront.

 "On peut tout planter"

FAUX, Il faut faire attention à ne pas planter des végétaux aux systèmes racinaires très développés ou en pivot. Il faut aussi veiller à la germination des graines spontanées (amenée par les oiseaux, le vent...) de frêne, saule (...) qui peuvent avoir des racines puissantes ! Il faut arracher manuellement ces pousses dès qu'elles sont visibles. Il est aussi recommandé de planter des variétés locales.

"Tout le monde peut le faire"

FAUX, à Rennes, théoriquement oui, mais un expert de la ville vérifie tout de même la faisabilité. (dégradations éventuelles...) Dans les autres villes, il s'agit encore de 'guerilla gardening' plus ou moins tolérée par les mairies. Certains villages en Picardie voient leurs trottoir enherbés et le long des façades des bandes d'une trentaine de centimètres plantées de vivaces et d'annuelles.

"A l'ombre de ma façade, rien ne pousse"

FAUX, la plupart des plantes aiment les situations ni trop chaudes, ni trop à l'ombre. Cependant, certaines d'entre elles embellissent spécifiquement les zones exposées au nord ou à l'est (et d'autres le plein soleil): fougères, aspérule, campanules, fraises des bois.... Encore une fois, tout est question de choix de végétal!

Anecdote

Pots sur le trottoir à BarceloneA Barcelone, même si les habitants ne peuvent pas couper leur trottoir : qu'importe: ils y plantent leurs pots de fleurs !  
Affaire à suivre dans d'autres villes ?!! Ou même à prendre en compte dans les nouveaux projets d'habitation ou de voiries urbaines ?

.

En savoir plus sur l’opération « Embellissons nos murs » :

La Ville de Rennes (direction des Jardins, 02 23 62 19 40) mène ces actions en partenariat avec la Maison de la consommation de l'environnement, les associations Bretagne Vivante et Société d'horticulture et depuis 2008 agit dans le cadre du programme interassociatif Eau et pesticides.


Crédit photos : M.D. sauf 4 (D.R).

 

 

>  Accueil  >  Liste des publications - Sommaire

Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans Publications
commenter cet article
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 17:53


Pour un blog dédié à un journal intime...


banniere-etoile-dans-le-ciel-copie.jpg



"  Merci beaucoup, elle est très belle, jaime beaucoup :)  "






> Accueil  >  Graphisme: sommaire  > Planche contact bannières
Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans bannières
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 16:02

Hirondelle faisant son nidJe me souviens... dans le garage de mon grand-père, accolés aux poutres : des nids d'hirondelles et des gazouillements qui m'enchantaient... Ne dit-on pas qu'une hirondelle fait le printemps ? L'été, en volant plus ou moins haut, elles nous indiquent le beau temps. En automne, en se regroupant sur les fils, elles nous disent que l'hiver est proche...
Commenter, réagir   Envoyer cette page à un ami   Imprimer

Une grande migratrice

Pendant l'hiver, l'hirondelle s'en retourne en Afrique et parcourt plus de 10 000 km. Elle ne revient en France que lorsque les températures remontent : c'est à partir de 10 °C qu'elle peut trouver des insectes à manger. Si vous lui ouvrez vos greniers, granges...elle reviendra souvent, d'année en année !

Oiseau populaire, mais menacé

Elle fait partie des oiseaux les plus connus en France. Elles nous comblent par leurs vols rapides et piqués, par leurs gazouillements, leur grâce, par le fait de pouvoir observer facilement les petits dans les nids. Quel enfant ne s'en émerveille pas ?

Malheureusement, les populations d'hirondelles rustiques et de fenêtre diminuent de façon trop importante. D'après le STOC-EPS: de 1989 à 2001, il y eut une chute des effectifs de l'ordre de 40 %.

La cause première est la destruction de leurs nids par crainte de leurs déjections, car elles apprécient les encoignures de porte, les dessous de balcon, les rebords de fenêtre, les vieilles poutres...  Ceci est surtout vrai dans les zones urbaines, « à la campagne » elles sont un peu plus acceptées.

Pour éviter ces désagréments, il suffit de mettre une planche de bois sous le nid ou tout simplement du papier journal par terre, toujours sous le nid !

Détruire un nid d'hirondelle est illégal et il est passible d'une amende de 9000 euros et/ou d'une peine d'emprisonnement d'une durée de 6 mois. Eh oui, les hirondelles sont protégées et la destruction ou l'enlèvement des œufs ou des nids est donc interdit. Si vous êtes témoin de ce type d'infraction, il faut prévenir l'ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage), la police ou la gendarmerie nationale, qui se trouvent être les seuls à pouvoir agir.

Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans Publications
commenter cet article
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 18:26
Fougère de Boston : fronde
Article sponsorisé par Gerbeaud.com

 Voici une fougère "à la mode "! C'est une des plantes préférées pour nos intérieurs, qui possède en outre d'excellentes qualités dépolluantes...

Indications
La fougère de Boston est une vivace à feuillage persistant. C'est une belle fougère décorative, aux frondes retombantes, découpées et ondulées. Chez les formes les plus recherchées, chaque foliole est divisée en plusieurs segments, ce qui donne aux plantes un aspect plumeux. Elle possède un rhizome souterrain, dont la partie supérieure, visible, forme une tige courte et épaisse. Elle croît toute l'année si elle est maintenue à la chaleur constante. De plus, elle peut vivre très longtemps si elle est cultivée dans de bonnes conditions. Elle est originaire d'Afrique, Amérique, Antilles, Polynésie.

Une plante dépolluante par excellence
Nephrolepis exaltata 'Bostonienis' fait partie des meilleures plantes dépolluantes. Elle absorbe très bien le formaldéhyde et le xylène, en raison d'un cycle absorption/rejet d'eau assez important. D'après le site "plant'airpur", la variété Nephrolepis exaltata " Bostoniensis" arrive en 1ère position pour absorber le formaldéhyde ( 1863 microgrammes/heure de formaldéhyde absorbés dans une enceinte ) sur une liste de 40 plantes testées par la NASA.

Nephrolepis exaltataUne multitude de variétés
Ce genre comprend beaucoup de variétés. Toutes d'ailleurs ne sont pas identifiables, car chaque année les
horticulteurs en trouvent de nouvelles et beaucoup mutent ou se reproduisent entre elles. Nous pouvons tout de même en citer quelques unes plus ou moins facilement identifiables :
* Nephrolepis exaltata 'Bostoniensis' , la fougère type, mais aux frondes plus larges
* Nephrolepis exaltata 'Mini Ruffle', une mini fougère d'intérieur aux frondes de moins de 10 cm
* Nephrolepis exaltata 'Aurea' , possède des frondes dorées
* Nephrolepis exaltata 'Hillii', possède de belles frondes froissées
* Nephrolepis exaltata 'Duffii', petite fougère aux folioles rondes.

Conseils de culture

Hauteur
Port en touffe large, jusqu'à 2 m dans son habitat d'origine! Moins dans nos intérieurs : entre 50cm et 1m.

Température
Cette fougère est non rustique, elle ne supporte pas les températures en dessous de 10°C. L'idéal est de la placer dans une pièce chauffée entre 15 et 20°C. Lorsque la température diminue sous les 13 °C, la végétation s’arrête.

Sol
Il doit être riche en humus, bien drainé, neutre à acide : compost à base de tourbe ou mélange de terreau et de terreau de feuilles.

Arrosage
La fougère de Boston aime l'humidité, mais vous pouvez laisser sécher la terre en surface entre deux arrosages. Ces fougères poussent à l'origine dans des forêts tropicales humides et ont besoin d'une forte hygrométrie. Vous pouvez donc les vaporiser.

Emplacement
Il lui faut une lumière vive sinon elle risque de dépérir peu à peu. Attention tout de même au soleil direct qui pourrait brûler le feuillage.

Utilisation
En pot, en isolé ou en association avec d'autres plantes d'intérieur quand elle est jeune. Ses frondes sont utilisées dans les composi
tions des fleuristes.Fougère de Boston

Multiplication
Cette fougère se développe par stolon mince et velu qui court à la surface de la terre et s'enracine. Il suffit donc de couper une partie d'un stolon qui portera quelques jeunes frondes et quelques racines et de le replanter dans un pot dans le substrat approprié. Le semis de spores (au chaud) ainsi que la division de plant au printemps sont aussi possibles.

Ravageurs, maladies, erreurs de culture 
Les frondes se fanent si la plante manque d'eau ou au contraire en a trop : il suffit de vérifier le substrat. Les cochenilles farineuses aiment ses frondes tendres et des petites taches décolorées sur les feuilles vous montrent la présence de thrips. Autres parasites: acariens, charençons, pucerons.

Divers

Nettoyer la plante en coupant les frondes fanées.
La fougère de Boston n'est pas toxique.
Ne pas hésiter à faire pivoter le pot pour que la plante conserve un port harmonieux sur toute sa circonférence.

Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans Publications
commenter cet article
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 10:07
Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans mises a jour
commenter cet article
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 09:41
Message du 10/03/2010

Bonjour,
Je suis actuellement en 1ére année de DUT génie biologique. Je dois réaliser un projet professionnel sur le métier que je souhaite effectuer plus tard, c'est pourquoi je vous écris. Pour réaliser ce projet il faut que j'effectue des interviews de personnes pratiquant le métier choisi. Je souhaiterai vous interviewver c'est pourquoi je vous fais parvenir un questionnaire:

Quel est l'intitulé exact de votre metier?
Il y'a plusieurs dénominations partout dans le monde: mais aussi en France: ingénieur paysagiste, architecte paysagiste... suivis des noms des écoles. Il n'y a pas une dénomination claire et précise et réglementée.... Me concernant, mon diplôme est le suivant: "ingénieur HES en Architecture du Paysage". Un peu plus de détails ici: http://melanie.dupuis.over-blog.fr/article-jardinier-paysagiste-entrepreneur-paysagiste-ingenieur-paysagiste-46005985.html

Quelle formation avez-vous suivi pour parvenir a ce poste? Pour en savoir plus, je vous prie d'aller voir mon CV sur mon site: Bac S, BTS AP et école de paysage en Suisse.

Avez-vous rencontré des difficultés particuliéres a trouver un poste à la suite de vos études? (je l'ai déjà dis sur mon site!!) Oui et non... Oui, car je suis sortie de l'école en pleine période de crise (décembre 2008) et les offres d'emploi étaient rares. Non car par rapport à d'autres collègues je n'ai pas mis beaucoup de temps: entre 1 et deux mois. Aujourd'hui encore les offres ne sont pas nombreuses, mais rares sont ceux parmi mes collègues de promotion n'ayant pas encore trouvé...

En quoi consiste votre metier? Vos activitéz majeures?
référence: le métier de l'architecte paysagiste que j'ai rédigé pour le site gerbeaud.com: http://melanie.dupuis.over-blog.fr/article-22316993.html

Travaille-t-on seul ou en équipe ? Les deux mon capitaine. Le plus enrichissant est de travailler en équipe : entre paysagistes ou encore mieux: en équipe pluridisciplinaire.

Pouvez-vous décrire une journée de travail dans votre profession en évoquant des actions simples, précises, des instruments que vous utilisez ? Les journées se ressemblent et ne se ressemblent pas à la fois! Nous travaillons sur ordinateur ou calques. Utilisant les logiciels: autocad, photoshop, in design, sketchup, word, excel....pour les plus importants. Analyse de site, Conception, plans de plantations, estimatifs & quantitatifs, plans et coupes techniques, plans couleurs, 3D, réunions, suivis de chantiers, ....... difficile de décrire une seule journée!

Quel est le salaire en début et en fin de carrière ? En début: environ de 1200 à 1600 euros net... En fin de carrière: à vous de voir comment vous vous débrouillez, si vous montez une structure indépendante, ou si vous êtes employée en structure publique ou privée, dans une petite ou plus grosse entreprise...! :)

Quels avantages et inconvénients tirez-vous de votre emploi?
Vous pourrez trouver des réponses ici: http://melanie.dupuis.over-blog.fr/article-24246368.html et là http://melanie.dupuis.over-blog.fr/article-interview-de-melanie-dupuis-architecte-paysagiste-hes-40311552.html (réponses 4 & 5)

Quelle évolution pourriez-vous envisager dans votre avenir?  Me concernant: Ouvrir des chambres d'hôtes dans un grand parc paysagé que j'aurai mis en place et pouvoir le faire visiter pour expliquer notre beau métier (tout en ayant une belle collection de plantes!), et en continuant à travailler dans un bureau d'étude de paysage ou pluridisciplinaire en m'associant avec un ou deux collègues (paysagiste ou architecte), sur des projets publics de place, parcs, écoquartiers... Mais nous verrons en temps voulu!!

Un dernier service pouriez vous menvoyer votre CV afin que je l'utilise dans le rapport que je ferai (et dont je vous envérai un exemplaire ) Mon CV est disponible sur mon site internet: il est à jour sur le site (rubrique 'mon parcours' en haut à droite) et il manque mon emploi actuel si vous décidez de le télécharger en pdf, à partir du site...
C'est avec plaisir que je veux bien lire votre rapport!


N'hésitez pas à reprendre des réponses ou questions de mon autre interview :
http://melanie.dupuis.over-blog.fr/article-interview-de-melanie-dupuis-architecte-paysagiste-hes-40311552.html


 Accueil  Liens et questions
Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans courrier
commenter cet article
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 09:09

Le terme "Paysagiste" revient très souvent dans plusieurs métiers. Malheureusement, celui-ci n'est pas protégé et plusieurs métiers sont confondus par les personnes...

Message 04/03/2010

Bonjour Madame,
Je suis actuellement en première année de licence en sciences de la terre et de l'environnement et on doit rendre un dossier sur les métiers qui nous intéressent. Je travaille avec trois autres camarades sur le métier de paysagiste. On a vu entrepreneur paysagiste, ingénieur paysagiste, architecte paysagiste...
Je voulais savoir si vous pouviez nous éclairer un peu sur votre métier et peut être sur la différence avec les autres métiers de paysagites.
Merci de votre lecture, en espérant une réponse
Je vous salue sincèrement


Bonjour,
Pour vous éclairer, sur le métier d'architecte-paysagiste, je vous laisse parcourir mon site internet: dans les différentes questions, mon interview, et sur les publications que j'écris pour le site Gerbeaud.com, vous pourrez trouver toutes les informations dont vous avez besoin pour mieux comprendre ce beau métier!

Concernant la différence entres les termes: (en résumé et non exhaustif)

-jardinier paysagiste: il va s'occuper des plantations, de l'entretien d'un jardin, de la petite maçonnerie... Il travaille souvent pour des particuliers.

-entrepreneur paysagiste: c'est celui qui est sur le terrain et qui traduit en réalité les plans de l'architecte paysagiste. Il peut proposer des solutions techniques. A son programme et selon ses compétences: élagage, plantations, maçonnerie, petites voiries, suivi d'entretien. Il a souvent des plus gros chantiers que le jardinier paysagiste. Son entreprise peut aller de quelques personnes à plusieurs centaines.

- paysagiste DPLG, ingénieur paysagiste, architecte-paysagiste HES (et encore d'autres appellations selon les pays et les écoles!): c'est le même métier. Nous sommes paysagistes concepteurs. Nous travaillons pour du privé ou du public, sur des opérations diverses: de la place au jardin historique, de la ZAC à l'étude d'impact de paysage... Souvent chaque bureau possède ses spécialités. On peut travailler en indépendant, être seulement paysagiste conseil, être en collaboration dans un bureau pluridisciplinaire... Mais vous trouverez plus d'informations sur mon site comme je vous l'ai écris précédemment.

Voici donc quelques liens vers mon site, concernant le métier d'architecte paysagiste:

Bonne rédaction de dossier!

NB: certains architectes se nomment aussi architectes paysagistes mais n'ont pas suivi d'études dans des écoles de paysage... En fait, le terme architecte est protégé par la législation française et non le terme de paysagiste... Aujourd'hui c'est au client de bien se renseigner quant au terme de paysagiste auquel il souhaite faire appel...A défaut d'une véritable réglementation et homogénéisation...
Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans courrier
commenter cet article
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 12:24

Les cosmétiques naturels sont de plus en plus 'à la mode', en réponse aux produits chimiques des cosmétiques classiques. Faisons le point sur ce savon qui est aussi l’un des plus "connus", en-tout-cas de nom...
Commenter, réagir   Envoyer cette page à un ami   Imprimer

Origine

P1070323Le savon d’Alep, comme son nom l’indique, est fabriqué à Alep, une ville du nord Ouest de l'actuelle Syrie. Sa fabrication n’a pas changé depuis qu’il a été créé : soit depuis 2000 ans av. J.-C.. Il s'agit d'un procédé artisanal (qui s’est mécanisé pour les besoins de plus en plus importants de l’Occident), qui utilise des matières premières naturelles essentiellement végétales, avec une cuisson en chaudron.


Pourquoi l’utiliser ?

C’est avant tout un savon, qui  "lave" ! Il est dermatologiquement classé « surgras » et possède des propriétés thérapeutiques. Il est doux et respecte la peau.

S'il peut paraître cher, il dure longtemps (beaucoup plus qu’un savon classique) et comme le bon vin, se bonifie avec le temps ! Il est 100% biodégradable, ne contient pas de suif (graisse animale) qui bouche les pores de la peau, ni colorant, ni  conservateurs, ni tensio-actifs...


Composition

En cuisine, on nous vante les propriétés de l’huile d’olive et du laurier, mais en cosmétique ?

Les propriétés du savon d’Alep sont données par la synergie de 2 huiles : huile d’olive et huile de baie de laurier. On y rajoute de l’eau ainsi qu’un peu de soude naturelle ou de la poudre de salicorne. ET SURTOUT RIEN D’AUTRE !

Un savon d’Alep contient 50% à 95% d’huile d’olive selon le pourcentage d’huile de laurier. Un savon d’Alep 5% contient 5% de laurier et 95% d’olive par exemple.

On peut retrouver des savons d’Alep 5%, 20%, 40%, 50% (au-delà ce n’est pas recommandé, car la saponification devient hasardeuse et produit un savon qui reste mou). Plus le pourcentage de laurier est important, plus les effets « thérapeutiques » sont notables, mais plus le savon est cher. En effet, l’huile de baie de laurier est assez couteuse.


Copies et faux savons d’Alep

Aujourd’hui, grâce ou à cause de notre engouement pour ce savon, de plus en plus de copies circulent sur le marché. Il existe aussi des fabricants qui falsifient le pourcentage d’huile de laurier afin de le vendre plus cher... Voici quelques astuces pour démêler le "vrai du faux":

 

Lire la suite sur Gerbeaud.com!

 

Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans Publications
commenter cet article
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 10:32
 Ce courrier est ouvert à débat...n'hésitez pas à m'envoyer des mails...Cela fera peut être avancer, ou pas, ce fameux "problème" de la dénomination du paysagiste, ingénieur paysagiste, architecte paysagiste... pour que cette profession soit protégée et réglementée... 
Message du 22/02/2010:

Bonjour, Je voulais juste laisser un petit message car je suis tombé par hasard sur ton blog, que je trouve bien fourni en info et autre.... MAIS (oui il y a un mais), l'article sur ce qu'est un Architecte paysagiste comporte quelque chose comme une grosse erreur.... Le terme Architecte est un terme réservé aux architectes "bâtiment". Il est réglementé et ne peut être employé que par eux... On ne doit donc pas pouvoir se faire appeler légalement architecte mais Paysagiste, ou Ingénieur Paysagiste ou DPLG (Diplômé Par Le Gouvernement. Versaille),.... Malheureusement le terme paysagiste n'est lui pas protégé et de ce fait tout être humain peut se faire nommer paysagiste. Pour conclure, seul les architectes de formation peuvent se faire appeler Architecte Paysagiste même s'ils ne connaissent rien au paysage. Il est dommage de diffuser une tel erreur au près du public. Peut être qu'un jour le terme de Paysagiste sera réglementé, But It's a dream... Sinon Bravo pour se Blog portfolio.


***********
 Effectivement d'après la loi française: 
  "Le titre d’architecte est réservé aux seules personnes physiques inscrites à un tableau régional de l'Ordre 
des architectes ; le titre de société d’architecture aux seules personnes morales inscrites au tableau de l'Ordre.

  L'utilisation du titre peut faire l’objet de sanctions pénales lourdes."


Regardons plus loin: Architecte-paysagiste est le terme utilisé dans des provinces ou d'autres contrées francophones hors juridiction française comme la Belgique, le Luxemburg ou la Suisse pour désigner le professionnel de l'architecture de paysage. En France ce professionnel s'appelle un paysagiste DPLG ou ingénieur paysagiste. Le titre de paysagiste D.P.L.G est protégé en France. Mais seulement pour ceux qui ont fait les écoles de Versailles,Bordeaux et Lille. Et les autres écoles??? Seul un diplome atteste qu'ils sont paysagistes mais néanmoins, non protégé...

Diplome.jpgMon propre diplôme de fin d'études se nomme ainsi: "Ingénieur HES en Architecture du Paysage... " . Titre un peu long, non? Architecte Paysagiste est plus court et tout aussi compréhensible. Ce terme est d'ailleurs de plus en plus repris par de grands paysagistes concepteurs ou même dans plusieurs définitions de l'architecte paysagiste
Architecte-Paysagiste est selon moi, un terme global et non pas: Architecte séparé de Paysagiste. Je suis loin de me revendiquée Architecte! Au contraire, la complémentarité de l'architecte et de l'ingénieur en architecture du paysage (soit architecte paysagiste pour abréger) est primordiale!! Une guéguerre sur le terme n'a pas lieu d'être surtout si les deux métiers se respectent et font des bons et beaux projets ensemble!
 
Ce terme global qui est aussi la définition de Landscape Architect dans les pays anglo saxons ou Landschaftsarchitekten
Dans beaucoup de pays, ce terme d'architecte paysagiste ne pose pas de problème, il est même régi par des lois nominatives. En France par contre, le terme architecte étant protégé, cela pose problème pour s'appeler architecte paysagiste

Autant de termes qui sèment le trouble parmi les clients et même parmi nous et qui déclenchent cette
fameuse "guéguerre" du terme "Architecte Paysagiste"
Maintenant, ne faudrait-il pas, qu'enfin un terme soit approuvé par tous, en France, afin que ce métier soit protégé, reconnu et ne froisse plus aucun corps de métiers?

Si le paysagiste concepteur se nomme "ingénieur paysagiste", "architecte paysagiste" ou d'autres c'est pour se différencier du "paysagiste entrepreneur". Pour faire très simple et court: Est ce qu'un architecte, on le confond avec un maçon? Non. PArce que les deux termes sont différents... Alors que le terme paysagiste regroupe plusieurs corps de métiers (concepteur, entrepreneur, entretien de jardin...)

A quand une véritable loi comme celle déjà existante de l'Ordre des Architectes?

liens:
-http://fr.wikipedia.org/wiki/Architecture_du_paysage
- http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Architecte_paysagiste

***********

-
sujet qui m'inspire 2 images_ des tables rondes qui tournent en rond et 2 miroirs face à face, se cherchant une représentation à travers ceux qui se cherchent une représentation.


***********

Article sur le site de la FFP:

'...Le paysagiste concepteur est le maître d'œuvre des projets et des études d'aménagement de l'espace extérieur, depuis le jardin jusqu'au territoire.
(Le terme de Paysagiste concepteur est utilisé ici à défaut d’une reconnaissance en France du titre d’architecte-paysagiste, reconnu dans tous les autres pays francophones et par les organisations internationales. Depuis 1965, «architecte paysagiste» est inscrit au registre des professions reconnues par le Bureau International du Travail dans la version française [Landscape architect en anglais]).
Complémentaire et partenaire des autres métiers de la conception et de la maîtrise d'œuvre - écologue, ingénieur en paysage, architecte, urbaniste - partageant des savoir-faire avec l'un ou l'autre, le paysagiste concepteur ne se confond pour autant avec aucun de ces métiers....'

***********


Article a compléter!...
Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans courrier
commenter cet article
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 11:59

Message du 18/02/2010

bonjour!
cela fait un moment que je ne vous avais pas envoyé de mes nouvelles pour vous dire où j'en étais, du coup, je ne sais même pas si cette adresse est encore la bonne... c'est en faisant le tri dans ma liste de contacts que je suis tombée sur nos anciens mails! (anciens c'est sûr!! la dernier date... de février 2009!!) Si ça se trouve, vous ne vous souvenez même pas de moi, c'est bien possible depuis le temps! je suis S...... de P... et, en fouilllant sur internet, j'avais ouvert votre blog au moment où je me lançais dans des recherches sur les formations permettant de devenir paysagiste ou architecte paysagiste.
Maintenant, me voilà à l'ESA à angers depuis le mois de septembre, en 1e année de BTS aménagements paysagers en alernance. mon entreprise se trouve en Dinard et St Malo (parc du château du Montmarin) et je suis vraiment super heureuse!!tout se passe pour le mieux: j'aime beaucoup l'ambiance de l'entreprise, mon maître d'apprentisage est génial, j'apprends beaucoup de choses... etc... et à l'ESA aussi tout va bien, je m'entends bien avec tout le monde dans la classe, les cours sont passionnants (presque tous ;) et l'ambiance d'angers est très sympathique également. pour le premier semestre les résultats sont plut encourageants en plus (je suis la seule à venir d'un bac L sur les 70 élèves d'aménagements paysagers) j'ai eu 15,38 de moyenne! je n'en revenais pas! le délégué de classe m'a dit que c'était la meilleure moyenne des 70! maintenant, il faut que je continue comme ça jusqu'au bout des 2 ans!!
après, je pense continuer en licence pro, l'ESA ouvre en 2011 une licence aménagements paysagers, une année de plus qui me premettra d'acquérir plus d'expérience. j'espère juste que c'est en alternance et je chercherai une entreprise qui fait également bureau d'études... enfin, j'ai le temps d'y réfléchir!
hé oui, beaucoup d'eau a passé sous les ponts depuis l'année dernière et, comme vous pouvez le constater, je suis super heureuse, je ne me suis vraiment pas trompé de voie!
je voulais encore vous remercier pour votre blog et vos conseils sans lesquels je ne serai peut-être pas là où j'en suis!
j'essaierai de vous donner de mes nouvelles de temps en temps, au moins pour vous dire si j'ai mon bts ...
en espérant que cette adresse est toujours la bonne et que pour vous aussi tout se passe pour le mieux, cordialement
 
(ps: en relisant mon mail, je trouve que ça fait peut-etre un peu "au pays de Candy" ou conte de fée, mais en même temps, je ne vois pas ce que je pourrais changer alors tant pis! :))



Bonjour,

Je suis ravie d'avoir de tes nouvelles, et je vais mettre ton mail sur mon blog, si cela ne te derange pas car cela fera un retour d'expérience d'une "jeune" que j'aurai un peu "aidé"et conseillée, si petite soit cette aide! Et en plus, tu t'y plais dans ces études, donc, c'est génial!

Cela ne m'étonne pas pour ta moyenne. Comme je te l'avais dis, un bagage "général" permet d'acquérir des notions d'apprentissage plus facilement, en tout cas pour les matières générales. Or il est plus facile de sortir d'un bac général et de devoir apprendre toutes les plantes ou la technique que de sortir d'un bac pro et d'apprendre les matières générales. ( ce qui n'est pas infaisable non plus, puisque des amis y sont parvenus!! :) )

Pas de souci, j'attends de savoir si tu auras le bts! ce qui m'a l'air bien parti!!

Si tu souhaites continuer tes études, tu peux commencer à y réfléchir maintenant car tu vas voir cela passe tres vite le BTS! ;)

A bientôt et mes félicitations,

Cordialement





 Accueil  Liens et questions
Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans courrier
commenter cet article