Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 16:05

Article sponsorisé par Gerbeaud.com

Cette fougère originale et amusante possède un port désordonné et des feuilles aux "veines" très marquées qui évoquent les écailles de la peau de crocodile, d’où son nom ! Des frondes très reconnaissables... A vous de juger.
Recommandez cet article   Apportez un commentaire   Envoyez cette fiche à un ami   Imprimer

Quelques renseignements

Fougère crocodileElle est originaire principalement d'Indonésie, des Philippines et de Malaisie. Sa culture est relativement facile et la fougère houx peut vivre longtemps sans trop de difficultés !

Les feuilles sont persistantes, vert brillant et fortement nervurées. Elles sont entières, assez épaisses, et ondulées. C'est une fougère épiphyte au rhizome rampant et elle résiste très bien à l'air sec de nos appartements.

Hauteur

De 50 cm à 1m. Port en touffe un peu désordonnée

Sol

Terreau léger, bien drainé. Le sol doit être humide, mais non détrempé. La fougère houx admet un léger calcaire.

Arrosage

Fougère crocodile

Elle supporte une courte sècheresse (quelques jours au plus sans arrosage).

Il ne faut pas mouiller les feuilles pour éviter les taches foliaires; ne pas laisser stagner d'eau afin d’éviter tout risque de pourriture.

Arroser plus abondamment pendant la période de croissance.

Si les frondes jaunissent et que la base de celles-ci commence à pourrir, c’est dû à un arrosage trop abondant. Il faut alors retirer ces feuilles jaunes et laisser sécher légèrement le substrat.

Emplacement

Mi-ombre: pas de soleil direct, chaleur moyenne. Attention, elle a du mal à se remettre d’un coup de chaleur et des « effets aquarium »... En pareil cas, bien humidifier la motte (sans laisser d’eau dans la soucoupe) si elle est sèche et ne pas brusquer la plante.

Utilisation

Fougère crocodileSurtout en isolé, car elle possède son charme à elle seule... Elle supporte les pots, mais ne devra pas être plantée profondément, le rhizome « courant » à la surface. On peut aussi la fixer à un support de mousse et d’écorce par exemple en veillant à ce qu’elle ne se dessèche pas. Ses frondes peuvent être utilisées dans la confection de bouquets.

Multiplication

Division de la plante : relativement simple. Prélever un échantillon de rhizome à l’aide d’un greffoir par exemple, si possible avec des racines et le replanter dans la terre, non profondément (ne pas oublier que c’est une plante épiphyte), en la maintenant humide.

Autres conseils

Supprimer les anciennes feuilles qui se noircissent.

 

Crédits photos : Joëlle Marchives, Mélanie Dupuis, D.R.

.

Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans Publications
commenter cet article
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 15:58


araucaria-flickr-feuillage.jpgArticle sponsorisé par Gerbeaud.com

Vous connaissez peut-être tous l’Araucaria araucana (« Désespoir des singes ») avec ces feuilles particulières et son port reconnaissable… Mais connais sez-vous l’araucaria heterophylla, vulgairement appelé « Sapin d’intérieur » ou « Pin de Norfolk » ? Qui dit Sapin d’intérieur en ces fêtes de fin d’année dit Sapin « vivant » à décorer ! Outre l’éternel épicéa, Nordmann et autres « sapins de Noël » coupés, voici donc une autre alternative !


port araucariaQuelques renseignements

Il nous vient de l’île de Norfolk, d’où son nom, Nouvelle Zélande et Australie, et il fut introduit en Europe au 18e siècle. Le feuillage est persistant, vert mat et les aiguilles ne piquent pas, elles sont fines et souples.
Il supporte l’intérieur de nos appartements même si l’air sec peut lui faire roussir quelques aiguilles. Sa croissance est lente surtout au début, ce qui incite aussi à le voir dans nos intérieurs !
Les fruits sont des gros cônes mais très rares en intérieur !

Culture
Hauteur
~50 m (en extérieur et dans sa région d’origine !) En intérieur, tout dépend de la place que vous lui accordez ainsi que de la taille de son pot ! On comptera une moyenne de 2m. Le port est assez gracieux, peu touffu, ascendant.

Sol
Sol drainé, fertile, il supporte le léger calcaire. Arroser souvent quand il est jeune, il est assez gourmand mais il peut supporter une légère sécheresse lorsqu’il est plus âgé. Laisser sécher légèrement entre deux arrosages.

Emplacement
Le placer à la lumière mais il supporte aussi l’ombre légère. Il supporte le vent et les embruns : dans nos intérieurs, on précisera donc, qu’il peut supporter les courants d’airs pas trop froids…afin d’éviter les chocs thermiques. Ne pas hésiter à vaporiser de l’eau pour humidifier l’air autour de l’araucaria sous peine de voir des aiguilles roussir. (Ne pas le placer à proximité d’un radiateur). Plus la température sera élevée, plus il faudra une hygrométrie élevée.

pousses roussieUtilisation
En isolé, en extérieur comme en intérieur afin qu’il se développe correctement.

Multiplication
Semis ou bouture (très difficile)

Autres conseils
• Supprimer les branches sèches (Il se dégarnit à la base au fil des années)
• Rempoter tous les deux ou trois ans, sinon le mélange s’appauvrit largement. Rempoter dans un pot un peu plus grand afin de laisser les racines se développer.

Ravageurs et problèmes
Acariens et Cochenilles farineuses, difficiles à éliminer à cause de la multiplicité des aiguilles. Ces dernières assèchent les branches : ne pas hésiter à les couper et les supprimer. Ou essayer d’enlever les cochenilles avec des cotons-tiges imbibés d’alcool.
Si les rameaux sèchent, cela peut aussi être dû à une atmosphère trop sèche ou un manque d’eau. Vérifier le substrat…


araucaria presque decore!Noël et Décorations
Ainsi, l’Araucaria est une bonne alternative au sapin traditionnel coupé de Noël. Certes, il ne dégage pas l’odeur de l’épicéa…mais il sera devenu un compagnon tout au long de l’année qu’on ornera de ses plus beaux atours au moment des fêtes ! Il est donc à la fois « écologique » et économique !

Veiller à ne pas installer de décorations trop lourdes… les branches étant assez souples ! Néanmoins, elles supportent très bien les guirlandes, les boules, friandises… !

Crédits : Mélanie Dupuis, et flickr
1 http://www.flickr.com/photos/amortize/2362832933/ Pousses d’araucaria
2 MD Port de l’araucaria
3 MD Pousse à l’extrémité roussie due à une invasion de cochenilles farineuses
4 MD Araucaria en cours de décoration !



Ca peut aussi vous intéresser:

- Les "sapins" de Noël: Picea VS Abies...


Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans Publications
commenter cet article
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 12:01


> Depuis le 03 décembre 2009, CDI à l'Agence Française du Paysage, en tant que collaboratrice de l'Architecte Paysgiste



> Publication pour Gerbeaud.com : Fiche de culture sur la fougère crocodile


> Publication pour Gerbeaud.com: Araucaria heterophylla: une autre alternative au "sapin de noël"


> Réponse à un courrier d'un internaute:
Quelques questions sur les écoles de paysage



> Carte virtuelle: Bonne année 2010!




>  Accueil  >  Mises à jour
Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans mises a jour
commenter cet article
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 13:55

Interview posée par un étudiant, (nov. 2009) quelques facettes de notre métier d'architecte paysagiste... Mes réponses restent un résumé et surtout mon avis personnel!...

1) Pourquoi etes vous devenu architecte paysagiste? Quels ont été vos
motivations ? Je veux faire cette profession depuis ma classe de 4e. Cette idée m'est venue avec le fait de voir mon grand père et mon père s'occuper de leur potager et de leur jardin... Je voulais aussi créer "du vert" pour les villes... par la suite, en me renseignant un peu mieux sur ce métier, j'ai appris qu'avec les projets on pouvait tisser du lien social... et cela m'a aussi bien plu. De plus ce métier est très polyvalent et on travaille avec plusieurs corps de métiers, ce qui le rend passionnant...

2) Quel a été votre parcours d'etudes ? J'ai suivi une filière générale: Seconde ES puis terminale S, ensuite je me suis orientée vers un BTS Aménagements Paysagers pour apprendre la technique, faire des stages et commencer à "rentrer dans le métier". Puis suite à l'obtention de ce diplôme, je me suis inscrite dans une école supérieure de Paysage, en Suisse: EIL devenue HEPIA.

3) En quoi consiste votre metier dans les grandes lignes ? Pour cela, je vous laisse vous renseigner sur cet article que j'ai écris...http://melanie.dupuis.over-blog.fr/article-22316993.html

4) Que pensez vous du metier d'architecte paysagiste ? C'est un métier passionnant mais je pense que l'on peut être frustré aussi... Car, c'est souvent que nous sommes de grands utopistes qui voulons faire bouger les choses...mais les budgets et certaines politiques ou certaines visions nous freinent bien souvent...

5) Quels sont pour vous les qualités premieres que doit avoir un architecte paysagiste ? Inventif, original, curieux, avoir un certain sens social, savoir se remettre en question et aimer apprendre encore et toujours

6) Travaillez vous avec d'autres corps de metiers ?  Nous pouvons travailler avec des architectes, des urbanistes, des historiens, des écologues, des géographes, des environnementalistes, des bureaux d'études VRD, les bureaux techniques des villes ... tous les métiers qui tournent autour de la création d'un nouveau projet de ville, de parc, de place, de logements..., de leur réhabilitation...de leur rénovation...
A quoi se limite alors votre activité professionnel sur les projets ? Difficile à dire, cela dépend des projets et de la mission qui nous est confiée! Si nous sommes mandataire et que nous faisons tout de A à Z, notre activité s'applique à:

- conseiller la maitrise d'ouvrage,
- établir des esquisses, puis un projet viable (plans, coupes, devis estimatifs...), respecter un budget, faire le lien avec les entreprises, établir des cahier des charges et techniques, assister aux différentes réunions, suivre les chantiers et réceptionner le chantier. 
- ceci dépend aussi du bureau dans lequel on travaille et de la spécialisation... un architecte paysagiste en CAUE, par exemple, aura notamment un rôle de conseil et de communication.
- etc...

7) Comment se lance t-on dans un tel metier ? (ouverture d'un cabinet privé, association, ...) Pour l'instant, je fais mes marques en tant qu'employée dans un bureau de paysage... nous verrons par la suite les différentes procédures! qui peuvent être la société individuelle, la SA, devenir associée....entre autres...

8) Quel serait en moyenne vos heures de bureau hebdomadaire ? de façon officielle: 39h, de façon "officieuse" plutôt 43h, cela varie des projets en cours, des différentes demandes, des périodes de l'année...
et de terrain ? Si on appelle 'terrain', les réunions de chantier par exemple ou les sorties pour l'analyse de site, cela varie d'une agence à une autre et des prestations qu'elle a à effectuer selon les missions. Pour ma part, je pense qu'on ne fait pas assez de sortie pour les analyses de site...contrairement à ce que l'on peut faire en école...on ne s'impregne pas assez des lieux sur lesquels on travaille... par manque de temps, de budget...

9) Au départ d'un projet, comment l'aborde t-on ? Pour cette question, je vous laisse vous référer à un autre article que j'ai écris!http://melanie.dupuis.over-blog.fr/article-26764431.html

10) Lorsque vous abordez un projet avez vous des directives ou laissez vous libre court a votre imagination ? Malheureusement, c'est vraiment extrêmement rare de laisser libre court à notre imagination! Tout d'abord, parce que nous devons répondre à un certain cahier des charges et donc de contraintes... et puis malheureusement pour des questions très terre à terre: le budget est souvent un très fort frein... Bien sûr, cela peut aussi être plus motivant: avec peu, et des contraintes, il faut réussir à faire un "beau" projet, un projet qui sera utilisé par les gens et qui puisse vive par la suite...

11) Enfin quel fut votre plus gros projet ? Qu'entendez-vous par "gros projet"? Mais de toutes les façons, mon expérience est encore trop peu importante pour pouvoir en parler...

12) Lequel vous a tenu le plus a coeur ? Pourquoi ? Celui qui m'a tenu le plus à coeur, restera  le projet de mon diplôme... un gros investissement et beaucoup d'attachement... pour résumer! Une très belle expérience... celle qui vous fait aussi passer dans le monde du travail par la suite...
pour le visualiser:http://melanie.dupuis.over-blog.fr/article-26764431.html

 Accueil  Liens et questions
Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans courrier
commenter cet article
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 17:30

 

Message du 16 / 11 / 2009

Bonjour,

Je suis actuellement en terminale S et je suis très interessée par le métier d'architecte paysagiste. J'ai donc quelques questions à vous poser :

      -Tout d'abord faut-il adoré et connaitre les plantes et fleurs ? et a votre avis, faut-il avoir une sorte de vocation pour devenir architecte paysagiste ?

      -Ensuite, j'aimerais savoir, puisque pour rentrer dans l'école il faut avoir un bac+2 que faire après son bac ? Une licence ? un iut ? ou un bts ? Peut-etre y a  t-il une de ces formation qui aurait une spécialité interessante pour poursuivre apres dans l'école ?

      -Et enfin, a votre avis, quel niveau il faut avoir à peu près en Terminale pour povoir esperer suivre après le bac dans cette voie.

      -Et aussi, y a t-il des débouchés autres qu'architecte paysagiste après l'école ?

Si vous pouvez répondre à mes questions merci beaucoup !

Cordialement,

Ps : j'ai trouvé votre blog très bien fait ;)

Réponse:

Bonjour ,
Voici vos réponses à vos questions (en vert) :

      -Tout d'abord faut-il adorer et connaitre les plantes et fleurs ? et à votre avis, faut-il avoir une sorte de vocation pour devenir architecte paysagiste ? Il est certain que si vous n’avez pas de prédisposition pour le végétal… autant vous dirigez vers des études d’architecture. C’est un des principaux points qui nous différencie de l’architecte : la connaissance du végétal. Mais si vous n’avez encore pas beaucoup de notions et que vous voulez les connaître, ce n’est pas un problème, vous les apprendrez tout au long de votre scolarité, principalement en BTS. (Ensuite, cela dépend de l’école de paysage que vous ferez… certaines font l’impasse sur cette connaissance, considérant que vous devez apprendre les plantes par vous-même…ce qui est à mon sens, un peu dommage). Personnellement, j’ai voulu faire ce métier depuis assez jeune, il s’agit donc, pour moi, d’une vocation. Mais d’autres collègues ne sont pas dans ce cas ! Le principal est d’aimer ce que vous aller faire sinon, vos décrocherez assez rapidement.
    -Ensuite, j'aimerais savoir, puisque pour rentrer dans l'école il faut avoir un bac+2 que faire après son bac ? Une licence ? un iut ? ou un bts ? Peut-être y a  t-il une de ces formation qui aurait une spécialité intéressante pour poursuivre après dans l'école ? Certaines écoles sont accessibles juste après le bac…Pour les écoles accessibles avec un bac + 2 : je ne crois pas qu’il existe encore un IUT aménagement paysagers. Mais vous pouvez faire bio, géo… La licence est équivalente à BAC+3, elle n’est donc pas nécessaire pour accéder à une école de paysage. Je vous conseille le BTS AP qui vous donnera de bonnes bases en connaissances techniques et végétales, ainsi que dans les matières spécifiques comme la bio, l’écologie…renseignez vous auprès des différents BTS AP, tous n’ont pas exactement les mêmes cours.
      -Et enfin, à votre avis, quel niveau il faut avoir à peu près en Terminale pour pouvoir espérer suivre après le bac dans cette voie. Avec un Bac S, aucun problème de niveau tant que vous avez le bac ! Ce bac vous ouvre les portes des BTS AP. Ce qui compte surtout, c’est la motivation ! Mais dans tous les cas, plus un dossier est bon, plus vous aurez de chances d’être acceptée dans n’importe quelle formation !
      -Et aussi, y a t-il des débouchés autres qu'architecte paysagiste après l'école ? Après une école de paysage, il y’a d’autres débouchés : certains deviennent graphistes, conducteurs de travaux, responsable dans une mairie (après concours de la fonction publique), spécialistes de jardins historiques (ou autres) …. Entre autres !


N’hésitez pas non plus (si ce n’est déjà fait) à aller faire un tour sur cette page qui pourra aussi répondre à certaines de vos questions, puisque certaines d’entre elles se recoupent avec des questions déjà posées : http://melanie.dupuis.over-blog.fr/article-22620492.html


Cordialement,
 

 

 Accueil  Liens et questions

Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans courrier
commenter cet article
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 10:18
(Deux photos : source internet - si quelqu'un a le nom des auteurs...qu'il me le fasse savoir, pour que je puisse mettre un lien!)

Pour une demande de carte virtuelle, menu... (ou pour en récupérer une présente sur ce site), contactez-moi par mail, via le lien contact en haut à gauche! Je vous le fais gracieusement, en échange de liens, publicité ou cadeau.

©M.Dupuis-tous droits réservés




































Accueil  >  Graphisme - Sommaire  >  Planche contact
Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans cartes virtuelles
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 10:33

Photos de Malira et article dédié à Malira!

Le kalanchoe est très répandu dans nos maisons...et pour cause: il fleurit 'en hiver', en debut de printemps et il est simple de le cultiver! Que demander de plus?
Il fait partie de la famille des Crassulassées, des plantes grasses, et nous vient de Madagascar. Le gerne compte plus de 120 espèces et  de nombreux cultivars de Kalanchoe blossfeldiana possèdent des fleurs de différentes couleurs.
Les feuilles sont épaisses et charnues, les fleurs sont très nombreuses et le port de la plante est relativement compact.


   










































Culture:


- Hauteur ~40 cm
- Floraison: automne, voire hiver, printemps

- Exposition: lumière vive, peut supporter le soleil direct
- Arrosage: le sol doit sécher entre deux arrosages, attention à l'excès d'eau:
les feuilles de la base pourrissent.

Si les feuilles flétrissent, c'est que la plante manque d'eau. Réduire les arrosages après la floraison

- Sol: terreau allégé de sable, engrais pour plantes fleuries ou geraniums
- Entretien: supprimer les fleurs fanées, afin de favoriser de nouvelles hampes florales. On peut rabattre la plante au printemps de 2/3, mais ce n'est pas obligatoire. On peut sortir la plante pendant la belle saison.

- Maladies et parasites: les pucerons, les cochenilles farineuses, le mildiou, la pourriture
- Multiplication: bouturer des tronçons de tiges directement dans la terre (riche et drainant). C'est assez simple mais attention à la pourriture.


 Accueil  Liens et questions
Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans courrier
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 10:26

Message du 10/11/2009
:

Bonjour, je suis tombée sur votre site aujourd'hui, je suis en seconde dans un lycée du sud de la france mais je suis passionnée par le métier de paysagiste. J'ai déja fait un stage chez un paysagiste qui as confirmer mon envie, le probléme c'est que je ne sais pas quelles bac
choisir ?
Je suis en SES , et je me demande si il n'y a pas un bac généraux possible apart le lycée agricole ? S, STAV, ?
Je suis un peu perdu et mes professeurs disent que j'ai des capacités pour la filière générale ,ils ne veulent pas que je parte en lycée agricole , surtout mes profs de langue.
De plus BTS ou IUT, je ne sais pas quoi choisir ?
 
Aidez-moi s'il vous plaît à voir plus clair
Merci, d'avance



Réponse:

Bonjour,

J'avais aussi fais SES en seconde, ensuite, le mieux c'est de faire un bac S, si tu restes en section générale. Si tu souhaites faire L ou ES, il te faudra une dérogation pour la suite des études.

Entre BTS ou IUT: il me semble qu'il n'y a pas d'IUT en aménagements paysagers, mais cela a peut être changé depuis!

Je pense aussi que si tu as les capacités de faire une filière générale, cela est plutôt "bien". En effet, il est assez simple de rattraper "le retard" en technique, connaissance de végétaux... quand tu rentres en BTS lorsque tu as fais général. En effet, ces filières te donnent des méthodes d'apprentissages non négligeables. Par contre, le contraire est moins vrai: si tu fais une filière technique (Bac pro...), tu auras plus de mal à te remettre dans "le bain" des matières générales en BTS. Le bac STAE ou STAV est un compromis...entre les deux filières... à toi de voir!

N'hésite pas non plus à consulter cette page (si tu ne l'as pas déjà fais) qui pourra peut être répondre à d'autres de tes questions:
http://melanie.dupuis.over-blog.fr/article-22620492.html

Cordialement,





 Accueil  Liens et questions
Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans courrier
commenter cet article
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 20:20
Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans mises a jour
commenter cet article
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 20:12

7/11/2009:
Bonjour,
Suite à des recherches sur les metiers de paysagiste et d'architecte paysagiste sur internet, je suis tombée sur votre site internet. en effet, je suis actuellement étudiante en premiere année d'école d'architecture. malheurseusement, ces études ne me plaisent pas, je prefererais travailler dans le paysagisme. une question me reste sans réponse, d'où mon mail : l'architecte paysagiste ne fait il uniquement que concevoir et diriger ? et la paysagiste ne concoit-il pas ?
j'aimerais faire un métier un peu manuel avec un contact avec l'exterieur mais c'est vrai que l'idée d'absence de conception me gène.
merci pour votre réponse.
salutations respectueuses


Réponse:
Bonsoir,
En effet, en général c'est bien comme cela que les choses se passent:
-L'architecte paysagiste, le concepteur, conçoit et travaille en bureau d'études. Ses données seront ensuite confiées au paysagiste, l'entrepreneur, pour réaliser. Mais encore ici, bien souvent, l'entrepreneur ne réalise pas lui même, ce sont ses employés. Tout dépend de la nature et de l'ampleur des travaux et donc de la taille de l'entreprise! (pour faire simple...)

Pour pouvoir "faire un peu des deux", il vous faudrait monter votre propre structure. Vous concevez vous même et vous réalisez. Mais il faut bien avouer que vous ne pourrez faire qu'une certaine taille de projet...Et bien souvent, si votre structure grandit, vous ne vous retrouverez qu'en bureau...et bien souvent pour une grande partie, pour la partie administrative...

Il est un peu utopique de penser qu'on peut pratiquer ces deux savoirs à la fois...à mon humble avis! Peut être que d'autres ne seraient pas d'accord avec moi!

Je peux alors vous conseiller de faire de la conception pour votre emploi et de pratiquer et réaliser chez vous, chez votre famille ou amis! (le contraire est moins vrai...)

J'espère avoir répondu à votre question,
Cordialement, 
Repost 0
Published by mélanie dupuis - dans courrier
commenter cet article